Jetez un coup d' oeil à

nos superbes vidéos

Michel Pastoureau : L'historien face au monde animal

Video de Sacha Arethura

12 mars 2020

La Grande Passerelle

Céline Lapertot, ou l'émotion brute

Enregistrement de la rencontre du 20 février 2020 par Sacha Arethura

Céline Lapertot

La Grande Passerelle

Hélène Gestern

Une video de Sacha Arethura

16 janvier 2020

La Grande Passerelle

Mona Ozouf : L'autre George

Mona Ozouf, L'autre George

La Grande Passerelle, le 12 décembre 2019

Une video de Sacha Arethura

Michelle Perrot et la dame de Nohant

Michelle Perrot et la dame de Nohant

La Grande Passerelle le 21 novembre 2019

Une video de Sacha Arthura

Appel réussi : Dick Fosbury et Fanny Wallendorf touchent au ciel !

Video de Sacha Arethura

Octobre 2019

La Grande Passerelle

Marc Dugain

Enregistrement de la rencontre avec Marc Dugain

Destination futur

20 juin 2019 La Grande Passerelle

Une video de Sacha Arethura

Tiffany Tavernier : Roissy, cet inconnu ...

Video de Sacha Arethura

16 mai 2019

La Grande Passerelle

Gaëlle Josse

Video de Sacha Arethura

17 janvier 2019

Sorj Chalandon, ou l'émotion pure

Video de Mathieu Montecot

Montage de Sacha Arethura

Interview de Charlotte Cabot

17 novembre 2016

Patrice Pluyette, l'enchanteur

Montage de Sacha Arethura

15 novembre 2018

La Grande Passerelle

Clapat et Robinson, déchiffreurs de l'Antiquité

Un film de Sacha Arethura

27 septembre 2018 à la Grande Passerelle

Jean-Louis Duquesnoy s'en est allé ...

En partance pour les étoiles ...

 

J'étais un enfant, ou un adolescent, je ne sais plus, et mes parents m'ont emmené au Mole, comme à chacune de nos vacances malouines. Il était déjà vieux, je crois (c'était il y a plus de 25 ans) mais terriblement passionné. Il m'a conseillé Deux ans de vacances de Jules Verne. Aujourd'hui, je suis libraire, sans doute grâce à lui, et je conseille toujours Deux ans de vacances. La boucle est bouclée, sans doute, mais je persiste à croire qu'il est parti trop tôt.

Brice Vauthier, libraire de l'Etagère

 

Bien tristes d’apprendre le décès de J.L. Duquesnoy. Gardons un souvenir ému de son passage à l’Encre Malouine, il était si drôle, si intéressant, si cultivé. Toujours une histoire à raconter, c’est une grande figure de l’histoire de St Malo qui part.

Claudie et Gérard Bourriau, adhérents de l'EM

 

J'ai appris que Jean-Louis Duquesnoy s'en était allé.

Je ne parviens pas à y croire, il y a des gens qu'on voudrait croire immortels, et il fait partie de ceux-là.

Ça nous rassure de les savoir vivants…

Virginie David, journaliste au Pays Malouin

 

Oh comme il était temps que nous le retrouvions cet hiver dans l’hommage rendu dans la revue !  Etait- il entouré lors de son départ pour l’autre monde ? Je ne pense ce soir qu’au bonheur de l’avoir connu il y a presque 30 ans maintenant. Cher Ami, immense personnage de Saint-Malo. Humble et grand personnage de notre intra muros ...

Marie-Louise Tual, adhérente de l'EM

 

C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Jean-Louis Duquesnoy, personnalité tellement marquante et  qui savait si bien transmettre son amour des livres, avec une infinie gentillesse.

Merci à l’Encre Malouine pour cet hommage.

Léone et Christian Goutany, adhérents de l'EM

 

C'était par une fin de journée d'hiver (en décembre 2001), je venais d'acheter un petit appartement en résidence secondaire à Dinard et je me promenais dans Saint-Malo, au hasard, quand j'ai découvert La Librairie du Môle. J'étais intriguée par cette petite boutique, je suis entrée et un monsieur très gentil m'a laissée regarder puis a proposé de m'aider. Je voulais un livre original. Alors, il a sorti d'une pile de livres, elle-même entourée d'autres piles de livres, un livre pour lequel j'ai eu un coup de coeur tout de suite.

Il n'était pas pratique à consulter (grand format horizontal dans un étui), mais tant pis. Sa couverture toilée était d'un vert d'eau magnifique avec une petite reproduction de peinture. Quand il m'a expliqué le contenu de ce livre, j'ai craqué. Je l'ai toujours et je le regarde chaque fois avec émotion.

Le livre qu'il a choisi pour moi : La RANCE (réédition). Quand je l'ai revu, lors de l'une de vos réunions, je lui ai reparlé de ce livre, il m'a dit qu'il s'en souvenait...

Dominique Nilles, adhérente de l'EM

Un grand monsieur, pétri de culture et de sensibilité. Mes condoléances à toute sa famille, particulièrement à sa fille et petite fille, Noëlla, que j'embrasse, ainsi que toute la troupe du Musi-théâtre.

Anne Kolb, adhérente de l'EM

Tandis que je me battais avec mes Saint Jacques qui arrachées cette nuit à la quiétude marine  se refusaient à bailler et luttaient courageusement contre   l'intrusion de mon couteau, mon mari absent à la soirée d'hier , tranquillement assis dans la cuisine,  m'a  lu à haute voix l’interview de monsieur Duquesnoy !

Quel plaisir ! des mots justes ,  malgré les nuages de ce jour suspendu dans le temps ,monsieur Duquesnoy nous est apparu avec toute sa verve , sa richesse , son amour des livres , sa culture ,sa gentillesse , un vrai bonheur 

Peu à peu les coquilles ont été ouvertes et bien sûr mon mari a dit : J'aurais pu le faire! 

Il n'était pas là hier soir mais ce matin , grâce à vous nous avons passé un excellent moment.

Françoise Boureau

Nous sommes attristés par le décès de Monsieur Duquesnoy. Il nous avait impressionné dans sa minuscule boutique, bondée de livres. C'était vraiment l'idée qu'on pouvait se faire d'une librairie! Et il m'avait estomaqué a posteriori, lorsqu'il m'avait assuré que le livre que j'avais choisi d'acheter "Au revoir là-haut", aurait le Goncourt! 
Chapeau bas, Monsieur Duquesnoy.

Claude et Dominique Boutigny

Nous étions six copains de collège à tenter de pénétrer dans nos rêves, nourris de romans policiers, de camps  scouts, de pièces de théâtre ou de balades à bicyclette. Pour les besoins de la cause, nous nous étions baptisés  "  les Compagnons du Valet Rouge "  lorsque nous avons monté le pièce de Marcel Achard "  Voulez-vous jouer avec moi  ",  la salle des fêtes de le ville transformée en théâtre  en rond.  Jean-Louis y était naturellement  le Pierrot lunaire, amoureux d'une étoile, la  plus blonde de nos sœurs. Le bac sépara nos chemins, mais nous ne nous sommes jamais perdus, de Baden Baden à Saint Malo, d'Oran à Rouen ou entre Hazebrouck et Lyon. Thérèse,  Sigrid,   Marie et Christiane ont favorisé nos rencontres épisodiques. En pleine affliction au départ de Jean-Louis, je découvre L'ENCRE MALOUINE et votre admirable lettre,  titrée " dernière  farce ". C’est une grande consolation de constater que Jean-Louis avait retrouvé un cercle d'amis qui le soutenaient.  Et cela me rappelle le conseil d'Alexandre Vialatte qui achève ainsi LES FRUITS DU CONGO :

De quoi nous plaindrions-nous puisque nous n'avons eu que le ciel et les sables ? Le ciel et les sables sont grands.

L'homme finit toujours, tôt ou tard, par être mangé par sa chimère.

Paul Houzet, ami d'enfance de Jean-Louis

Olivier Bourdeaut, la révélation

Vous n'avez plus à attendre ... Olivier Bourdeaut !

Un film de Sacha Arethura

6 juin 2018 à La Grande Passerelle

Leonor de Récondo, l'artiste qui se joue des frontières

Video de Sacha Arethura

Enregistrée le le 17 mai 2018

La Grande Passerelle de Saint-Malo

Jean-Louis Duquesnoy nous a quittés ....

Un homme, une voix ...

Anne Nivat, Grand Reporter

Video de Sacha Arethura

Enregistrée le 5 avril 2018

La Grande Passerelle de Saint-Malo

Jean Abitbol, Le pouvoir de la voix

Video de Sacha Arethura

Enregistrée le 15 mars

La Grande Passerelle Saint-Malo

Thérèse d'Avila, par Aline Schulman

Video de Sacha Arethura

15 février 2018

La Grande Passerelle de Saint-Malo

Comment devient-on The artist ?

Etonnant témoignage de Jean Dujardin ...

Pour devenir The artist, il fallait peut-être passer par un sublime poème de Charles Baudelaire, Recueillement

Sois sage, ô ma Douleur, et tiens-toi plus tranquille.
Tu réclamais le Soir ; il descend ; le voici :
Une atmosphère obscure enveloppe la ville,
Aux uns portant la paix, aux autres le souci.

Pendant que des mortels la multitude vile,
Sous le fouet du Plaisir, ce bourreau sans merci,
Va cueillir des remords dans la fête servile,
Ma douleur, donne-moi la main ; viens par ici,

Loin d'eux. Vois se pencher les défuntes Années,
Sur les balcons du ciel, en robes surannées ;
Surgir du fond des eaux le Regret souriant ;

Le Soleil moribond s'endormir sous une arche,
Et, comme un long linceul traînant à l'Orient,
Entends, ma chère, entends la douce Nuit qui marche.

Fiat lux avec Philip Wollen

27 juillet 2015

 

Il n'y a rien à rajouter, sauf peut-être ces mots de Victor Hugo : 

 

Rien n'est plus fort qu'une idée dont l'heure est venue.

Regard sur les Etonnants Voyageurs

2014

Un certain regard sur les Etonnants Voyageurs à Saint-Malo

2014

Please reload

L'Encre Malouine

45 boulevard de la République

35400 Saint-Malo

L'ENCRE MALOUINE

BC© 2020

  • Icône de l'application Facebook
  • YouTube classique

 

          07 81 25 40 50