A l'enterrement de Victor Hugo ... elle y était !

Un nouveau livre sur Victor Hugo ? Avant que la lassitude se peigne sur les visages, lisez le texte insolite de Judith Perrignon, qui nous raconte les derniers jours de Victor Hugo...
Un nouveau livre sur Victor Hugo ? Avant que la lassitude se peigne sur les visages, lisez le texte insolite de Judith Perrignon, qui nous raconte les derniers jours de Victor Hugo, l'homme qui naquit quand ce siècle avait deux ans, et qui le parcourut presque jusqu'à la fin, 22 mai 1885, où cette grande voix se tut. Hugo, c'est l' oeuvre considérable d'un poète, romancier, dramaturge, c'est aussi un écrivain engagé dans les misères de son temps. Père blessé à qui la vie infligea la noyade de sa fille Léopoldine à Villequier Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends. Hugo est aussi l'homme qui prit la défense des enfants de cinq ans envoyés dans les mines Où vont tous ces enfants dont pas un seul ne rit ? l'homme qui affronta 20 ans d'exil pour que revienne le temps de la justice et de la paix , l'auteur des Misérables enfin, ces Misérables qui n'ont pas été invités, justement, à se recueillir autour de la dépouille du poète. Ce que Judith raconte dans ce texte, c'est précisément cet émoi que suscitèrent les derniers jours du poète, cette volonté d'arracher au peuple celui qui voulait faire flamboyer l'avenir, celui qu'on enterra un lundi pour empêcher les ouvriers de l'accompagner une dernière fois. Ils étaient pourtant une foule à guetter son agonie autour de sa maison, comme ils avaient été une foule à l'accueillir gare du Nord au retour de Guernesey Vous voir ici me console de vingt ans d'exil ... comme ils seraient une foule sous l'Arc de triomphe à se recueillir devant son cercueil, comme nous sommes une nation à nous souvenir que Victor Hugo fut un des nôtres et un exceptionnel patrimoine. 22 mai 1885, 13h27 : Victor Hugo meurt au 50 de la rue qui porte déjà son nom, et deux millions de personnes seront là, sur la route empruntée par le cortège qui l'emmènera au Panthéon. C'est l'histoire de ce grand escamotage que nous livre Judith, de ces funérailles nationales pour celui qui fit entrer les misérables en littérature. Victor Hugo défia les puissants comme aucun autre ne l'avait fait jusqu'alors. Judith Perrignon défie à son tour ceux qui auraient voulu lui faire un mausolée où la voix assourdissante du peuple se serait tue.