Le village de l'Allemand - Boualem Sansal
00:0000:00
C'était mon frère - Judith Perrignon
00:0000:00
Andromaque - Jean Racine
00:0000:00
Dix heures et demie du soir en été - Marguerite Duras
00:0000:00
Des souris et des hommes - John Steinbeck
00:0000:00
Give peace a chance - Marcelino Truong
00:0000:00
Brèves de Livres - 4 - Ruy Blas de Victor Hugo
4 août 2016

Meursault n'a pas de prénom. Il est l'étranger. Homme étrange, étranger aux autres, étranger à lui-même. Il ne pleure pas à l'enterrement de sa mère. Indifférent à tout, il ne l'est pas à ce soleil qui l'éblouit , et il tue cet Arabe sur la plage, pour se débarrasser de cette fulgurance qui l'assaille. Cinq balles qui mettent le destin en marche, inexorable. Il sera condamné àmort, non point pour meurtre, mais pour indifférence à la loi des autres. Il meurt parce qu'il ne triche pas sur le théâtre du monde, parce qu'il ne sacrifie rien aux faux-semblants de ses congénères, parce qu'il est étranger au royaume des conformistes. Ecrit en 1942, ce roman appartient à la tétralogie du cycle de l'absurde, avec un essai, Le mythe de Sisyphe, et deux pièces de théâtre, Caligula et Le Malentendu.

Brèves de Livres - 3 - Electre, de Giraudoux
4 août 2016
Electre, la jeune princesse qui érige la Vérité en idéal, et l'amour filial en valeur absolue. La fille d'Agamemnon, c'est l'amour fou qui peut se décliner en désastre si c'est le prix à payer. Electre, c'est la lumière, pas celle qui réchauffe, celle qui brûle, pas celle qui éclaire, celle qui éblouit. Elle venge parce qu'elle aime, elle veut une autre aurore pour Argos, même si elle doit naître dans les flammes et la cendre. Est-elle criminelle, cette jeune fille sur qui pèse la lourde hérédité des Atrides ? Il est des vérités qui peuvent tuer un peuple, lui dit Egisthe, le roi repenti. Il est de regards de peuple mort qui pour toujours étincellent, lui répond Electre, et c'est cette vérité là qu'elle veut faire éclore, comme un matin de printemps qui surgirait du Temps. Digne soeur d'Antigone qui balaie la raison d'état par l'éblouissante raison du coeur, Electre, c'est la voix de la justice par-delà toutes les contingences, par-delà toutes les compromissions.
Brèves de Livres - 2 - Candide, de Voltaire
16 juin 2016
Le conte philosophique Candide est-il un texte fondateur des Lumières ? Quelques clés pour la connaissance et l'analyse de l'oeuvre, avec ses répercussions sur la pensée des Lumières.
Brèves de Livres - 1 - L'étranger, d'Albert Camus
7 mai 2016
Meursault n'a pas de prénom. Il est l'étranger. Homme étrange, étranger aux autres, étranger à lui-même. Il ne pleure pas à l'enterrement de sa mère. Indifférent à tout, il ne l'est pas à ce soleil qui l'éblouit , et il tue cet Arabe sur la plage, pour se débarrasser de cette fulgurance qui l'assaille. Cinq balles qui mettent le destin en marche, inexorable. Il sera condamné àmort, non point pour meurtre, mais pour indifférence à la loi des autres. Il meurt parce qu'il ne triche pas sur le théâtre du monde, parce qu'il ne sacrifie rien aux faux-semblants de ses congénères, parce qu'il est étranger au royaume des conformistes. Ecrit en 1942, ce roman appartient à la tétralogie du cycle de l'absurde, avec un essai, Le mythe de Sisyphe, et deux pièces de théâtre, Caligula et Le Malentendu.
Boualem Sansal à La Grande Passerelle
14 mars 2016
L'Encre Malouine a reçu Boualem Sansal Grand Prix du Roman de l'Académie française pour 2084, La fin du monde Interview de Jean-Christophe Nava sur RPV FM 100.5
Jose Carlos Somoza à la Grande Passerelle
12 février 2016
Trois mois ont passé ... L'émotion est cependant restée intacte ... Retrouvez cette soirée extraordinaire avec un auteur incontournable de la littérature hispanique ...
La parole aux adhérents de l'Encre Malouine
9 décembre 2015
Qui sont-ils ? Pourquoi nous ont-ils rejoints ? De quoi rêvent-ils ? La parole est aux adhérents de l'Encre Malouine Martine Calvez, Nicole Bodin et Jean-Luc Tonneau
Interview de Jose Carlos Somoza
19 novembre 2015
L'écrivain espagnol Jose Carlos Somoza nous a fait l'amitié de sa visite, et ce furent des heures d'exception à l'Encre Malouine. Ecrivain à la magistrale écriture, il est aussi un homme chaleureux et modeste, qui a enthousiasmé le public de la Grande Passerelle. On n'oublie pas la présence intelligente et intime de l'auteur de Clara et la pénombre, La caverne des idées, Daphné disparue, L'appât, La théorie des cordes, pour n'en citer que quelques-uns, on n'oublie pas cette voix qui voulut s'élever en français après les récents attentats, pour dire la compassion du peuple espagnol. Dans la salle, un silence de cathédrale a accueilli ces mots, suivis d'une ovation à celui dont l'humanité profonde tentait d'apaiser nos blessures. Merci à Jose Carlos Somoza, auteur incontournable de la littérature contemporaine.